Irish Wolfound

Le Wolfhound Irlandais, le chasseur au grand coeur.

Aucun autre chien n'aura inspiré autant de légendes que ce géant vif et loyal.

Il y a plus de 2000 ans, dans une petite île de la mer Égée, un orfèvre moulait des pièces de monnaie illustrant un lévrier celtique, l'ancêtre du lévrier irlandais. Son histoire se poursuit avec celle de la Rome antique alors que le grand chien, au sein des armées de César, conquérait l'Europe. En plus d'être soldat, ce chien géant, aussi fort que vif, était gladiateur, combattant hommes et bêtes dans l'arène romaine.

Durant le Moyen-Âge, le CU, comme on le surnomme, deviendra l'apanage de la noblesse.

Développé pour son endurance et sa vitesse, il accompagne ses maîtres à la guerre et à la chasse. Au dix-septième siècle, on le baptise le Wolfhound Irlandais. Avec la paix, ce remarquable chasseur poursuit les gros gibiers comme les cerfs et les sangliers. En Afrique, il sert à traquer le lion. En Irlande, il chasse les loups si bien qu'ils disparaissent des hautes terres. Sans loup, le grand chien devient inutile et plusieurs prétendent que la race faillit s'éteindre.

Le Capitaine G.A. Graham contredit cette version. Il trouva, dit-il, de nombreux spécimens de Wolfhound même si leur stature s'était détériorée. Dès le début du 19ième siècle, cet officier écossais de l'armée britannique consacre sa vie à restaurer la race et à lui redonner sa magnificence. Aujourd'hui, le Wolfhound ne fait plus la guerre depuis longtemps.  Il reste un chasseur sans peur et surtout, un compagnon loyal.

Noblesse oblige :

Le Wolfhound n'est pas et n'a d'ailleurs jamais été un chien populaire. Il faut comprendre que ce chien "extraordinaire" a des besoins "extraordinaires".

En d'autres mots il coûte cher.

Le prix d'un chiot inscrit à un Livre d'Origines et provenant d'un bon Elevage est de minimum 1300 euros. Ensuite, il faut compter le coût de son alimentation nécessaire à ce petit géant qui ne doit manger que de la nourriture de première qualité.

Vient aussi la facture du vétérinaire qui devra intervenir fréquemment dans la vie du Wolfhound. Jeune, sa croissance rapide risque d'entraîner des problèmes. Vieux, ses articulations prendront leur dû, en espérant que ce ne soit que ça. Les médicaments pour un grand chien sont coûteux, les doses étant plus grandes.  Quant aux considérations qui suivent, elles sont moins liées à l'entretien du Wolfhound qu'à son style de vie.

Qui veut un Wolfhound, veut un Wolfhound heureux.

Ce chien, de la famille des Lévriers, doit bouger. Il lui faut donc de l'espace, beaucoup d'espace qu'il faut à tout prix clôturer. Une clôture assez haute pour qu'il ne puisse pas sauter car, avec son instinct de chasse, le Wolfhound le mieux entraîné ne résistera pas à l'appel de la nature si, de sa vue perçante, il aperçoit la silhouette d'un lapin. Et ce, sans mentionner la tentation que peut représenter le chat du voisin ! Parce que le Wolfhound chasse à vue plutôt qu'au flair, il doit voir ses frontières.

 Pas question d'attacher un Wolfhound. Il en deviendra physiquement et psychologiquement malade. Chien d'une grande intelligence, il doit être occupé sinon, l'ennui peut le tuer.

 Parce qu'il est un compagnon loyal et affectueux, la famille du Wolfhound aime l'associer à ses activités. Il lui faut donc une voiture suffisamment spacieuse pour amener le chien.

 Même chose avec le sofa du salon qui, en plus d'asseoir les humains, doit permettre au Wolfhound de piquer un somme devant la télévision.

 Le Wolfhound requiert beaucoup d'attention. Les gens qui tombent en amour avec son physique imposant doivent savoir que posséder un Wolfhound comporte beaucoup d'obligations. Il serait cruel de le priver de son exercice ou pire encore, de son besoin d'affection parce qu'on avait mal évalué tous les inconvénients associés au style de vie de ce géant.

Ajouter un commentaire